Actualités

Bienvenue sur le site disciplinaire de Lettres-Histoire-Géographie de l’Académie de Caen.

Comme vous l’avez peut-être constaté le site a quelque peu changé d’interface. Vous trouverez à présent 4 rubriques principales : Enseigner / Innover / S’informer / Se former.

Pour retrouver un article, deux options s’offrent à vous : taper votre recherche dans le formulaire en haut à droite OU cliquer sur un mot clé dans le nuage de mots ci-contre. Plus un mot est gros plus il a d’articles qui lui sont rattachés.

Si vous souhaitez, vous aussi, partager vos expériences ou nous transmettre vos suggestions, contactez-nous aux adresses suivantes : webmestre-lettres-histoire@ac-caen.fr ou sophie.mahaut@ac-caen.fr ou gerald.lemonnier@ac-caen.fr

Accueil ::> SE FORMER ::> Ressources culturelles locales ::> La Littérature et l’Art éloignés de l’Histoire ? Conférences au Mémorial de (...)

La Littérature et l’Art éloignés de l’Histoire ? Conférences au Mémorial de Caen

mercredi 26 avril 2017, par Aurélie Gautier-Catherine.

En ce moment, le Mémorial de Caen met en place des conférences ouvertes au public :

- le 11 Mai 2017, Annick Duraffour : Céline : « Son œuvre est-elle le reflet d’un climat antisémite français des années 1920-1930 ou au contraire est-elle une volonté de participer activement à cette haine des juifs ? Sources à l’appui, les auteurs démontrent que Céline est bien l’un des acteurs principaux d’un antisémitisme qui dépasse largement son œuvre littéraire mise au service de son discours. Peut-on, à l’aune de toutes les archives sur Céline, dissocier l’écrivain du pamphlétaire et laisser de côté l’homme partisan d’une alliance avec Hitler ? »

Annick Duraffour, agrégée de Lettres modernes, est spécialiste des rapports entre littérature et politique et auteure de nombreuses études sur Céline. (retransmission vidéo en direct)

- le 18 Mai 2017 :« l’Art, vecteur de mémoire ? » : conférence philosophique de Charles-Edouard Leroux, dans le cadre du cycle 2 des Dialogiques. « Depuis plusieurs décennies, les enjeux de mémoire se sont essentiellement construits sur le réel de l’histoire, à partir du dit et de l’écrit. A l’initiative d’historiens, le cinéma documentaire et le photojournalisme ont ensuite été associés aux démarches mémorielles. Mais on n’a peut-être pas encore suffisamment pris la mesure de ce que le symbolique et l’imaginaire des arts sont susceptibles de nous révéler en matière d’identité culturelle et d’imaginaire politique… »

Voir en ligne : Lien vers l’agenda pédagogique