Mobilis in (auto) Mobile

Le lycée Jules Verne de Mondeville s’est distingué depuis 2011 comme un établissement innovant dans le cadre de la mobilité internationale des élèves via son dispositif : « Classe Italienne d’Auto Mobile ». Notre collègue Arnaud Fontaine nous livre la version 2.0 de cette innovation dans laquelle il est impliqué.

Présentation de l’action proposée :
Le lycée Jules Verne de Mondeville s’est distingué depuis 2011 comme un établissement innovant dans le cadre de la mobilité internationale des élèves via son dispositif : « Classe Italienne d’Auto Mobile ». « Mobilis in (auto) Mobile » est la version 2.0 de cette innovation. Elle vise à impliquer des élèves de la seconde professionnelle jusqu’à la terminale et à doubler le nombre d’élève concernés par le dispositif initial et ainsi d’atteindre la moitié d’une cohorte à l’échelle de la formation « mécanique ». Les promotions successives ont pointé deux manques : la maitrise insuffisante d’un bagage technico-linguistique et une trop grande méconnaissance de la culture italienne.
L’action a pour but principal de faire acquérir aux élèves les connaissances nécessaires sur l’Italie (sur sa culture humaniste et technique) afin d’inciter les élèves à vouloir participer à un stage de mobilité européenne. Puis, dans un second temps de pouvoir passer l’épreuve orale facultative.
Parmi les recommandations ministérielles en matière d’Accompagnement Personnalisé, cette action vise à donner un sens global à la formation via le soutien et l’approfondissement de ce qui est désigné comme étant : la culture générale. Il ne s’agit pas là de donner une culture générale aux élèves mais de faire prendre conscience aux élèves que la diversité des enseignements vise à les préparer à une vie d’adulte, de professionnel et de citoyen de l’Europe.
Les outils mis en œuvre permettent aux élèves d’aborder un grand nombre de champs disciplinaires avec pour fil conducteur la redécouverte du plaisir d’apprendre et surtout de gagner en confiance dans la restitution des connaissances en allant peu à peu, de plus en plus loin dans la richesse et la qualité de leurs propres développement.

Constats de départ :
L’Accompagnement Personnalisé, tel qu’il fonctionne pose question. Nombre d’élèves ne s’y retrouvent pas et le taux d’absentéisme perlé sur les barrettes d’A.P est largement au-dessus du taux moyen de l’établissement qu’il contribue à faire exploser.
La volonté conjointe de la direction et des conseils d’enseignements est d’étendre ceux qui fonctionnent bien dans la pratique actuelle du lycée, c’est-à-dire une pédagogie de remédiation est fondue dans une pédagogie de projet. Le taux d’absentéisme sur la « classe italienne » , « sur les modules d’accès au BTS » ou sur « Image de soi, travail de l’estime de soi » est inférieur à la moyenne de l’établissement dès lors il a été décidé de modéliser ces réussites et de s’en inspirer pour bâtir un projet annelle d’A.P à l’échelle du cycle de formation de Maintenance des Véhicules Automobiles.
Ainsi en seconde, le volet culturel porté par l’enseignement général a vocation à donner aux élèves des connaissances plus précises sur la Vénétie et la Renaissance.
L’idée est de faire écho à des parties du programme de seconde pour qu’elles fassent sens et de les lier à une perspective aussi motivante que celle d’un stage en Italie en milieu ou en fin de cycle.
La volonté est aussi d’ouvrir les élèves à un type de culture et à des arts (poésie, opéra, sculpture, design automobile…) qui sont généralement éloignés de leurs pratiques habituelles.
Si l’apprentissage de l’Italien commence réellement en première BAC PRO, les cours de culture et de civilisation débute dès la seconde est sont proposés aux familles au moment de l’inscription aux lycées.
Il n’est pas donc nécessaire aux élèves d’avoir fait de l’Italien au collège pour intégrer le programme « Mobilis in (auto)Mobile ».
Le choix de mettre à profit les heures d’Accompagnement Personnalisé s’est fait naturellement puisque le projet Mobilis in (auto)Mobile vise comme le recommande les textes officiels à :
- conduire les élèves à prendre conscience de leur potentiel et de leur donner de l’ambition
- retrouver une image positive d’eux-mêmes et le sens d’un projet scolaire et professionnel
- s’approprier des outils et des méthodes

La Seconde est à coloration culturelle (et intègre des sorties culturelles, des rencontres au lycée)
La Première est en revanche centrée sur l’apprentissage pur et simple de l’Italien niveau A1.
Le professeur d’atelier commence petit à petit à inclure des termes de vie courante et des expressions liés directement au vocabulaire technique de l’automobile.
La Terminale, est axée sur la maîtrise du niveau A2 et la préparation effective du « stage en mobilité européenne ».
Les professeurs mettent au point, des mises en situation orales typiques que l’on retrouve dans les garages. Ils sensibilisent les élèves au caractère « exceptionnel » d’une telle opportunité et à l’importance de leur séjour en Italie, tant au niveau des diplômes, des qualifications mais aussi de l’ouverture culturelle que cela leur permet d’acquérir.
La passion qu’ont les Italiens pour "La Macchina" (voiture) et la découverte des marques emblématiques comme Ferrari, Lamborghini ou Alfa Romeo, forment le volet « culture technique » d’un dispositif qui est par essence un pont entre la culture générale et la culture professionnelle.

Objectifs visés :
- Permettre à l’élève d’être motivé dès le début du cycle et de mesurer les opportunités et débouchés que pourra lui offrir le métier choisi (et/ou l’inscription dans le projet de mobilité européenne).
- Permettre à des élèves de BAC PRO de s’ouvrir à l’Europe par le biais de la maintenance des véhicules et réussir à dialoguer sur leurs différents lieux de stage.
- Permettre à des élèves de lycée professionnel d’appréhender de façon globale le lien entre la langue et la culture d’un pays (l’Italie) mais plus largement entre l’immersion culturelle et l’immersion professionnelle.
- Bâtir un vrai projet interdisciplinaire associant des éléments de programme de l’enseignement général (français, histoire, géographie, histoire des arts), l’initiation à une langue vivante (l’italien) et une finalité professionnelle via la perspective d’un stage professionnel en Vénétie.

Résultats attendus :

Au terme du projet :
Les élèves en « culture et civilisation » devront :
- Etre capable d’exprimer un jugement esthétique à travers de connaissances linguistiques et culturelles.
- De partager leurs goûts dans le dialogue et le respect.
- Disposer d’une culture humaniste et d’avoir enrichi leur bagage culturel.
- Rédiger un passage de récit de voyage qui témoigne d’une rencontre, de difficultés et d’interrogations, voire des fascinations de l’observateur.
- Préparer la soutenance de l’épreuve de Mobilité européenne.

Les élèves devront au bout des 3 ans d’initiation à l’Italien savoir :
- Se présenter.
- Lire (notamment les consignes de sécurité et les documentations techniques).
- Comprendre les demandes pratiques et techniques du tuteur.
- Demander avec politesse des conseils au tuteur.
- Ecrire un compte rendu d’activité journalier.

Existence d’une procédure d’évaluation (préciser) :
- Usage du logiciel Kahoot (qui permet une auto évaluation ainsi qu’une coo-pétition au sein de la classe). Les élèves se jaugent de façon ludique.
- L’évaluation par les professionnels italiens via « il libretto di stage ».
- Passage de l’option facultative UF1

Caractère innovant de l’action :

Dans l’espace classe : Il s’agit de favoriser l’entrée dans un univers linguistique et culturel différent et d’inciter les élèves à la mobilité européenne (la plupart des 2nde du lycée Jules Verne n’ont jamais quitté la France ou pris l’avion). Afin de faire bouger les représentations des élèves le binôme professeur de l’enseignement professionnel et professeur de l’enseignement général permet de décloisonner les enseignements au sein de la formation.

Dans l’espace établissement : Développement d’une culture partenariale et d’ouverture : parents, artistes, professionnels étrangers, élèves ou professeurs étrangers, ces échanges permettent un contact avec des locuteurs natifs et peuvent favoriser les cultures familiales.

Au-delà de l’établissement : La dimension internationale et culturelle, inscrite dans le projet d’établissement n’est pas incantatoire mais elle se matérialise à travers divers partenariats urbi et orbi avec pour point d’orgue l’intégration au programmes Erasmus +.

Retour réflexif :
Le taux de fréquentation de l’A.P Mobilis in (auto)-Mobile est remarquable. Tous les élèves de la classe y participent systématiquement (exceptés les absents du jour. Il n’y plus sur ces heures d’absentéisme perlé) alors qu’entre un quart et un tiers d’élèves du lycée esquivent habituellement ces heures.
Les parties du programmes retravaillées (grâce à la méthode Itinéraire bis) à cette occasion ont permis une augmentation significative des notes des élèves lors de l’évaluation (+ 3 points en moyenne).
12 élèves sur 28 ont écrit une lettre de motivation pour tenter d’être retenus pour la préparation de deux ans en vue d’une PFMP en Vénétie en Terminale.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)